Recherche catalogue

Le réseau des médiathèques

Couchey

Fermé. Réouverture Mardi à 16:00

Gevrey-Chambertin

Fermé. Réouverture Mardi à 16:00

Etang Vergy

Fermé. Réouverture Mardi à 16:00

Meuilley

Fermé. Réouverture Mercredi à 10:00

Nuits Saint Georges

Fermé. Réouverture Mardi à 14:00

Minuit, Montmartre (Julien Delmaire)

note: 5Minuit, Montmartre Mireille - 4 janvier 2019

Paris Montmartre en 1909, ce sont les décor et ambiance du roman de Julien Delmaire. Période de paix et de tranformations du pays, La Belle Epoque insuffle un esprit de [...]

Une longue impatience (Gaëlle Josse)

note: 5Une longue impatience Mireille - 24 octobre 2018

Dans ce roman bouleversant, Gaëlle Josse exprime pudiquement, avec une intensité remarquable la douleur de l’abandon, la culpabilité d’une mère et la détresse d’une femme isolée socialement. Malgré la tristesse [...]

37, étoiles filantes (Jérôme Attal)

note: 337, étoiles filantes Mireille - 13 novembre 2018

En Espagne l’armée franquiste bombarde Guernica, l’URSS vit sous la répression stalinienne, des groupuscules d’extrême droite sévissent en France. Dans le pays fébrile, « l’homme qui marche » n’est pas [...]

Battleship Island (Seung-wan Ryoo)

note: 4Un long métrage qui mérite d'être vu celine - 29 janvier 2019

Encore méconnu en France où la plupart de ses films sont restés inédits , le réalisateur Ryoo Seun-Wan va certainement beaucoup plus faire parler de lui avec Battleship Island. Avec [...]

AccueilCritique

Critique

 

37, étoiles filantes (Jérôme Attal)

note: 337, étoiles filantes Mireille - 13 novembre 2018

En Espagne l’armée franquiste bombarde Guernica, l’URSS vit sous la répression stalinienne, des groupuscules d’extrême droite sévissent en France. Dans le pays fébrile, « l’homme qui marche » n’est pas né, mais Alberto Giacometti rêve d’aller droit sur le père de l’Existentialisme pour « lui casser la gueule ».Aussi, ce projet nourrira-t-il l’histoire que nous livre Jérôme Attal.D’une façon très agréable, nous croisons toute la lignée des artistes et intellectuels des années 30, nous parcourons le Paris branché de l’époque. Mais j’ai imaginé ce roman sans les grands noms, et j’ai pensé qu’il serait appauvri. Il serait alors une page de l’Histoire, ou plus exactement, un tableau du milieu artistique très parisien de l’époque. Le style de l’auteur lui donnerait du relief, de la matière, et en ferait presque une parodie.Cela pour conclure à un avis mitigé sur le fond et mon admiration sur la forme. Une excellente « comédie tourbillonnante » à adapter au cinéma.